Esprit

Détecter et traiter la dépression pour éviter l’Alzheimer

30 novembre 2020

Bien que nous ne sachions pas encore comment prévenir la dépression, nous savons que de nombreuses personnes atteintes de dépression ne reçoivent pas de traitement adéquat et que la dépression non traitée peut augmenter considérablement le risque de maladie d’Alzheimer. Les liens entre la dépression et la démence sont complexes. De nombreuses fonctions cognitives telles que l’attention, la mémoire et la planification peuvent être affectées par la dépression, et chez les patients plus âgés, il peut être difficile de savoir si un problème cognitif est un symptôme de dépression, de démence ou des deux. On pense que la dépression non traitée peut augmenter de manière significative le risque de maladie d’Alzheimer.

Augmenter l’exercice physique

Nous savons tous que l’exercice et l’activité physique favorisent la santé du cœur et il est de plus en plus reconnu qu’ils sont également essentiels au bon fonctionnement du cerveau, y compris des fonctions cognitives, tout au long de la vie. Il est également de plus en plus évident que l’exercice peut améliorer la cognition chez les personnes souffrant déjà de troubles cognitifs.

Détecter et traiter l’hypertension artérielle

Une pression artérielle élevée ou l’hypertension est un facteur de risque énorme pour les accidents vasculaires cérébraux et les maladies cérébrovasculaires. Son rôle de précurseur d’autres affections neurologiques, dont la maladie d’Alzheimer, est parfois négligé, alors qu’il existe des liens évidents entre l’hypertension et l’altération des fonctions cognitives.

Manger sainement

Comme pour l’activité physique, ce qui est bon pour le cœur est bon pour la tête : il n’est donc probablement pas surprenant que le fait d’être en surpoids augmente le risque d’Alzheimer et d’autres maladies liées à la démence.  Mais il est peut-être plus surprenant que les types spécifiques d’aliments que nous mangeons puissent affecter notre risque de maladie d’Alzheimer, en particulier le régime méditerranéen – une alimentation riche en fruits, légumes, légumineuses et céréales et pauvre en viande, en sucre et en graisses saturées qui, pense-t-on, réduit considérablement le risque.

Continuer à apprendre

Des recherches ont montré que les personnes ayant moins d’années d’études sont plus exposées au risque d’Alzheimer et d’autres démences que celles ayant plus d’années d’études. Les scientifiques pensent que le fait d’avoir plus d’années d’éducation contribue à créer une “réserve cognitive” qui permet aux patients de mieux compenser les changements dans le cerveau résultant de la maladie d’Alzheimer ou d’autres maladies neurologiques, masquant essentiellement les symptômes plus longtemps que chez les personnes moins éduquées.

Détecter et traiter le diabète

Le diabète, et ses traitements, peuvent avoir un impact sur le cerveau et les fonctions cognitives, ce qui en fait un autre facteur de risque de la maladie d’Alzheimer. Une revue systématique et une méta-analyse des études ont montré que les personnes atteintes de diabète sont plus exposées au risque d’Alzheimer. Si des médicaments étaient disponibles pour améliorer les déficits cognitifs, ce déclin pourrait-il être lent ?

Et après ?

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une liste complète ou définitive des nombreux facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer, ce sont des points de départ raisonnables pour adapter les modes de vie afin de réduire le risque de la maladie d’Alzheimer. Il est clair que d’autres études sont encore nécessaires pour comprendre comment ces facteurs et d’autres facteurs liés au mode de vie affectent le risque de maladie d’Alzheimer, et comment la réduction de ces facteurs de risque chez les personnes qui ont déjà une certaine déficience pourrait faire baisser les taux de conversion en maladie d’Alzheimer et autres démences.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply