Browsing Category

Développement personnel

Développement personnel

Que signifient vos rêves ?

23 juin 2020

Joseph Campbell, peut-être le navigateur le plus connu au monde de la mythologie et des espaces de rêve, a déclaré que «les mythes sont des rêves publics. Les rêves sont des mythes privés. » Vous pouvez étendre cette idée pour comprendre pourquoi il y a tant de symboles et de thèmes qui apparaissent fréquemment dans les rêves. Les rêves, comme les mythes de la création et du devenir, présentent souvent des thèmes et des images archétypales, des symboles si communs à toutes les cultures que Carl Jung a proposé d’appartenir à un inconscient collectif partagé par tous les humains. Comprendre ces symboles comme un langage visuel ouvre le monde du rêve et ce qu’il cherche à communiquer. Découvrez ces rêves les plus courants et ce qu’ils pourraient signifier.

Être nu

Vous marchez dans la rue et réalisez soudain que vous êtes nu, torse nu ou que vous avez oublié votre pantalon. Le rêve d’être nu en public, tout comme le fait de rêver de tromper son conjoint, vous laisse souvent gêné, humilié et exposé. Ils peuvent signifier que vous vous sentez vulnérable ou que vous avez peur que les autres voient à travers vos «vêtements» le vrai qui vous habite. D’un autre côté, le rêve d’être nu pourrait suggérer que vous n’avez rien à cacher, que vous avez la confiance en vous pour laisser le monde vous voir tel que vous êtes.

Être poursuivi

Dans une étude menée auprès de plus de 1000 étudiants, les chercheurs ont découvert que la poursuite n’était pas seulement le thème le plus courant, avec environ 60% déclarant rêver d’être poursuivi, mais c’était aussi celui dont on se souvenait le plus comme son premier rêve. Lorsque nous considérons la signification symbolique d’être poursuivi, cela pourrait suggérer que quelque chose essaie de nous rattraper.

Souvent, cela est lié à la façon dont nous nous sentons à propos d’une partie difficile de notre vie que l’o préfère éviter: peut-être un traumatisme non reconnu, un événement stressant ou quelque chose que l’on craint. Selon les théories de Jung, le «monstre» qui vous poursuit pourrait être un aspect de vous-même que vous essayez de nier.

La chute

Il existe deux types très distincts de rêves ou l’on qui tombe. Le plus courant est le terrifiant plongeon, au bord d’une falaise, ou le sol qui se détruit. Ce type de rêve fait souvent référence à une perte de contrôle que vous ressentez quelque part dans la vie éveillée. Cela pourrait également signaler une perte de soutien ou un avertissement métaphorique selon lequel votre ego conscient doit revenir sur terre.

Voler

Les rêves de vol sont le deuxième type de rêve le plus commun rapporté par les étudiants de l’université dans l’étude ci-dessus. Tout au long de l’histoire, les humains ont imaginé pouvoir voler. Ces rêves concernent souvent l’indépendance et la liberté, mais ils peuvent également suggérer d’avoir une «vue plongeante» sur le monde. Dans ses conversations avec Bill Moyers, Campbell a évoqué l’un des mythes les plus célèbres sur les hommes volant, le mythe de Dédale et Icare. Il note qu’il est souvent considéré comme un récit édifiant sur l’orgueil. Icare a volé trop près du soleil et a péri.

Développement personnel

Maîtriser ses émotions pour mieux vivre !

9 août 2019
maitriser-ses-emotions-pour-mieux-vivre

Les émotions peuvent être létales. La montée d’adrénaline, déclenchée par une forte et brusque émotion, est souvent difficile à maîtriser. Et pourtant, les émotions font partie intégrante de la vie quotidienne et régissent même celle-ci.

La vie quotidienne, facteur d’émotions

Force est d’admettre que les émotions sont indissociables à la vie de tous les jours. Dès la naissance, jusqu’à sa vieillesse, l’homme vit avec ses émotions et ne peut se passer d’éprouver des sentiments divers qui génèrent et régulent ses émotions. Les diverses circonstances et autres aléas de la vie déclenchent forcément ces émotions. Celles-ci se manifestent de diverses manières :

  • par un sentiment de joie immense et de plénitude lorsqu’il y a un événement plaisant, joyeux et salvateur, notamment lorsque vous ne vous y attendiez pas, ou aussi en cas de circonstances porteuses d’espoir.
  • par un sentiment de tristesse, de dépit et de déception en cas de circonstances malheureuses, contraires à vos attentes.
  • par un sentiment de désespoir dans des épreuves graves, telles que le drame, tragédie, deuil, incendie, cambriolage, perte d’emploi…
  • par un sentiment de terreur, en cas de peur, de crainte d’événements inexplicables ou encore d’incompréhension, en cas d’adversité face à une situation inextricable telle qu’une maladie incurable, ou encore un fait qui relève du paranormal…
  • par un sentiment d’appréhension lorsque vous attendiez un événement imprévu, comme un accouchement, la publication de résultats d’examen, l’attente d’un emploi.

Comment maîtriser ses émotions ?

Les risques dus à une forte poussée des émotions sont nombreux. Le brusque sursaut physique ou moral, déclenché par l’annonce d’un fait, joyeux ou malheureux, par exemple, dérègle aussitôt la circulation sanguine ainsi que les battements cardiaques et tend à accélérer brutalement le flux du sang vers le cerveau ou vers le cœur. Ces deux organes, une fois saturés, risquent alors de cesser brusquement de fonctionner. La connaissance de tels risques devrait vous amener à maîtriser vos émotions quelles que soient les circonstances. Pour ce faire, des gestes élémentaires, ainsi qu’un régime alimentaire continu peuvent vous aider. Cela peut se résumer dans une bonne hygiène de vie quotidienne :

  • Faire des exercices physiques réguliers, tels que la marche, ou encore des activités sportives adaptées à votre physique et état de santé.
  • Observer une alimentation saine et équilibrée en évitant la consommation quotidienne de denrées excitantes telles que piments, épices…
  • Bien s’hydrater tous les jours et limiter les boissons excitantes et gazeuses.
  • Privilégier les remèdes naturels, au détriment des substances chimiques et médicamenteuses et éviter surtout les substances dopantes et énergisantes qui risquent de dilater les veines et les muscles cardiaques.
  • Éviter les veilles prolongées, les situations stressantes et conflictuelles et apprendre à rester rationnel devant l’adversité.
  • Prendre soin de soi, de son bien-être personnel, de son confort personnel, de sa beauté et de sa silhouette, bref, se faire plaisir lorsque les circonstances le permettent.
Développement personnel

Qui sont les « Morningophiles » ?

31 juillet 2019
qui-sont-les-morningophiles-?

Derrière cet anglicisme se cache une catégorie de la population souvent enviée, parfois incomprise mais qui toujours attise la curiosité : qui sont les morningophiles? Que font-ils de ce temps libéré et pourquoi ? Tout commence aux Etats-Unis avec Hal Elrod et son livre Miracle morning, vantant les vertus plurielles d’un lever aux aurores.

Des profils variés aux ambitions communes

Ce sont des parents trentenaires surmenés, de jeunes cadres dépassés par un rythme de vie dicté par le travail ou encore des étudiants désirant trouver un moment à eux. Dépassés par une vie sociale, familiale et professionnelle au rythme marathonien, ils ont voulu s’offrir un moment pour lire, jouer, méditer, écrire ou courir. Le lever au petit matin étant souvent le seul instant disponible qui leur reste, il a fallu le rogner sur leur temps de sommeil. Et mécaniquement, se coucher plus tôt pour respecter l’horloge biologique.

Des vertus considérables au prix d’efforts consentis

Les morningophiles se lèvent aux aurores afin de s’étirer, déjeuner en toute quiétude et commencer la journée relaxés. Mais pour éviter le fameux bouton snooze du réveil, ils ont fait le choix de se coucher plus tôt. Si l’on peut en effet se réveiller facilement aux cris stridents d’un radio-réveil, l’endormissement n’est pas logé à la même enseigne. C’est donc parfois au prix de plusieurs semaines compliquées que les enthousiastes au mouvement se convertissent en morningophiles. Une fois de l’autre côté du miroir, c’est un autre monde qu’ils disent avoir entre les mains. L’adage est connu ; il appartient à ceux qui se lèvent tôt. Mais pour y faire quoi, exactement ?

Le concept du “before work”

La dernière heure de sommeil est ainsi transformée en activités que les morningophiles jugent plus ressourçantes. Passée la phase d’acclimatation, ils retrouvent l’énergie de la jeunesse et le temps pour la dépenser. L’esprit étant plus vif le matin, c’est au chant du coq que certains font avancer des projets d’écriture. Pour une partie de la population active, ces instants sont les seuls qui leur appartiennent intégralement. Ils n’ont aucune obligation sociale, conjugale ou professionnelle puisque ce temps est sensé être alloué au sommeil.

En suivant l’exemple outre-atlantique, des salles de gym fleurissent et ouvrent avant le lever du soleil. Les morningophiles se retrouvent également avant le bureau dans des ateliers anti-stress, où ils écoutent de la musique, déjeunent et pratiquent le yoga.

Sommes-nous tous convertibles à ce rythme de vie ?

L’idée est diablement séduisante, sur le papier. Le sommeil est considéré dans notre société, à tort, comme l’ennemi de la productivité. La somme des choses à faire, des plaisirs à vivre et des activités à pratiquer dépasse l’entendement. On voudrait écouter le médecin traitant, prescrivant une heure de sport au quotidien, ainsi que les 7 à 9 heures de sommeil conseillées. Mais où caser ces activités chronophages dans un planning qui déborde déjà ? Les professionnels interrogés à ce sujet conseillent de respecter son horloge biologique : devenir morningophile ne doit pas se faire au détriment de la santé.

Développement personnel

Comment gagner confiance en soi ?

22 juillet 2019
comment-gagner-confiance-en-soi-?

Au quotidien, le manque de confiance en soi peut constituer un véritable obstacle pour ceux qui en souffrent. En effet, la confiance en soi est un booster qui permet à chacun d’oser se dépasser, affronter ses peurs et limites. Il peut arriver que certains événements de la vie nous fassent perdre confiance en nous mais il est très important de parvenir à reprendre cette confiance ensuite.

Voici donc une petite liste d’astuces qui peuvent vous aider à reprendre confiance en vous.

Apprendre à apprécier ce qui est bon en soi

Apprendre à se connaître est une étape importante pour pouvoir reprendre confiance en soi. Vous pouvez commencer par prendre une feuille et un stylo et essayer de penser aux qualités que vous possédez. Il peut s’agir de qualités physiques ou mentales, peu importe.

Si vous trouvez cet exercice vraiment difficile, commencez par demander à vos proches quelles sont les choses qu’ils apprécient chez vous. Vous verrez que vous possédez beaucoup de qualités que vous ne soupçonnez même pas. C’est aussi un moyen pour vous d’apprendre à accepter les compliments car quand on manque de confiance en soi, il est parfois difficile d’accepter de se dire que ce que la personne qui est en face de vous dit est réel et qu’elle le pense vraiment.

Il s’agit bien sûr d’un exercice à réaliser en toute honnêteté, les flatteries ne vous aideront pas à dépasser ce manque de confiance en vous, au contraire.

Se fixer des objectifs ambitieux mais réalisables

C’est aussi une étape importante pour pouvoir reprendre confiance en soi : se donner des challenges. Vous pouvez commencer par de petits challenges (le but n’étant pas d’être trop ambitieux au point de ne pas être capable de réaliser l’objectif que l’on s’était fixé au départ et finir découragé) tels que s’inscrire à la salle de sport, à un cours de danse, s’exposer à la plage…

Ce sont autant de petits challenges que vous pouvez vous fixer et qui ont tous pour objectif de vous confronter au monde extérieur parce qu’en général, la plus grande peur de celui qui n’a pas confiance en soi, c’est le regard de l’autre. Il faut donc apprendre petit à petit à ne pas avoir peur de s’exposer au regard des autres et surtout, à arrêter de se priver pour les autres.

Travailler son image

Dans la continuité de ce qui a été expliqué plus haut, apprendre à dépasser le regard de l’autre passe aussi par le fait d’apprendre à gérer son image. En effet, si les gens sont libres de penser ce qu’ils veulent, vous êtes aussi libre de leur faire penser ce que vous voulez.

Rien ne vous empêche de refléter l’image de quelqu’un qui a confiance en soi et qui est bien dans sa peau, même si dans votre tête c’est tout le contraire. Vous verrez qu’en adoptant cette attitude, vous serez plus motivé à être réellement en accord avec l’image que vous dégagez et vous y arriverez plus vite.

Le contrôle de l’image passe par le style vestimentaire (inutile de se cacher derrière des vêtements trop grands ou qui ne vous plaisent pas), le maquillage, la façon de s’exprimer, l’attitude… Autant de petits “paramètres” que vous pouvez ajuster au fur et à mesure, et ne croyez pas que vous n’en êtes pas capables !